Expérimentation de mai à septembre 2018

Cette démarche écologique consiste à éteindre les candélabres de 1h à 6h en semaine et de 2h à 6h le week-end, dans certains quartiers de la ville. En France, plus de 12 000 communes se sont déjà engagées dans cette démarche. Cette expérimentation a été délibérée au conseil municipal du 10 avril.  Escalquens se lance et rejoint d’autres villes du territoire intercommunal dans cette action.

Une volonté écologique partagée

Un travail collaboratif avec les instances de démocratie participative (CoDev, Conseils de quartiers, Conseils des sages) et les élus de la ville sur la gestion de l’éclairage public, ont permis d’identifier plusieurs objectifs:
> mettre en oeuvre une politique de rénovation des installations vétustes intégrant les nouvelles technologies d’éclairage économe,
> établir un plan de renouvellement pluriannuel,
> mettre en place une phase d’expérimentation de l’éclairage.

Les secteurs les plus consommateurs en énergie :
Borde-haute, Le Vallon, En Poutet, Rose des Vents, La Marqueille et la Place du marché.
Deux plages horaires d’extinction en semaine et en week-end permettront de s’adapter aux rythmes de vie des habitants.

Il n’y a pas de petites économies

L'économie potentielle réalisée durant la phase d'expérimentation sur ces quartiers pilotes est de 65 850 kWh par an, soit 8 000 euros d'économie par an ; soit entre 2 et 4 tonnes de CO 2 produites en moins par an. « L’éclairage public, représentant près de la moitié de la consommation d’énergie de la collectivité, est un gisement d’économies qu’il convient d’explorer », témoigne M. Fournier, Adjoint au Maire.

Un engagement environnemental

Cette expérimentation répond également à un dispositif national réglementaire visant à prévenir et réduire les nuisances lumineuses. Réduire la pollution lumineuse, c’est diminuer l'impact sur la biodiversité et mieux respecter les rythmes jour/nuit de la faune et de la flore.

Retrouvez l'ensemble de la démarche

Les quartiers expérimentaux