Expression de la liste "Eco-citoyens d’Escalquens"

La Centralité

Le travail en ateliers du comité de suivi et d’évaluation sur la centralité s’est achevé et le résultat des travaux a été présenté en réunion publique. Nous remercions les services administratifs et techniques de la mairie qui ont initié une démarche innovante et qui nous ont accompagné avec l’agence d’urbanisme et d’aménagement de Toulouse tout au long de ce processus.

De grands axes commencent à se dégager sur le centre-ville, les questions posées par les personnes présentes ont notamment porté sur la mobilité : modes de déplacements doux, métro et train, tant il est vrai que la problématique des transports en commun reste entière sur notre territoire. Nous avons donc évoqué pour notre part l’aménagement autour de la gare et le lien de celle-ci avec le centre-ville ; Escalquens dispose d’un atout majeur avec cette gare et le passage d’un train qui nous relie entre 12 et 15 mn au centre-ville de Toulouse. Nous regrettons que ce point n’ait pas été retenu dans le travail de réflexion dès le départ comme nous l’avions demandé.
Un éco-quartier ou un éco-centre ne doit pas être conçu hors du cadre d’une politique urbaine, environnementale et sociale globale au risque d’être isolé et déconnecté du reste des autres quartiers.

Comme nous l’avions déjà dit dans le précédent kiosque, le travail sur l’éco-centre ne doit pas s’arrêter à l’urbanisme et surtout à ne répartir seulement que des surfaces constructibles entre promoteurs. La réflexion et le travail doivent continuer sur la réduction des  consommations énergétiques, les énergies renouvelables avec de l’auto-consommation, la gestion des déplacements intra-muros et via la métropole, la gestion de l’eau, la limitation de production de déchets, la biodiversité, le choix des matériaux de construction, le choix d’opérateurs compatibles avec notre politique environnementale, la politique sociale sans oublier tout l’aspect sensibilisation et éducation auprès des citoyens et surtout des plus jeunes d’entre eux.

Le travail sur la centralité doit nous permettre d’entamer une véritable politique en matière de transition écologique et énergétique nécessaire à la lutte contre le réchauffement climatique et aussi de protéger contre la précarité énergétique.

Monique Fabre