A propos du reportage de TF1

À propos du reportage de TF1

C’est un honneur d’être passé au journal de TF1 à 20 heures à un moment de forte audience, et d’avoir été choisis parmi les 35 000 communes de France.
Le reportage a montré de très belles images de notre ville. Cela met en avant la qualité de notre territoire et son attrait indéniable. Le reportage a été bien apprécié et nous dépassons les 22 000 visionnages sur Facebook 4 jours après.

Néanmoins sur le fond du dossier, je tiens à ajouter une précision importante que j’ai pourtant évoquée tout au long de mes entretiens avec les journalistes, qui ont duré de 15 heures à 22 heures (jusqu’à la fin du Conseil municipal).

Les journalistes ont bien repris ma formule illustrant les économies exigées par l’État sous forme de baisse des dotations aux communes « Il a enlevé dans un premier temps la peau, puis la graisse, le muscle et enfin commencé à gratter l’os ». Cela se traduit par des choix douloureux et difficiles avec probablement une baisse de la qualité de vie sur nos territoires, une baisse du niveau de service et un nouveau modèle social qui se profile. J’ai comparé avec notre voisin allemand qui n’a pas, dans son modèle de société, de services de petite enfance, de crèches, de garderies comme chez nous. Ceci limite le travail d’un des deux conjoints (souvent la femme) qui est obligée de rester au foyer pour élever les enfants et la baisse de la natalité allemande est liée à cette organisation qui fait de ce pays l’un des plus âgés d’Europe. D’ailleurs, le gouvernement allemand a eu recours à l’immigration pour trouver les forces vives de la jeunesse. Il faut noter d’ailleurs qu’en Allemagne ou 1 million d’immigrés ont été accueillis, pas un ne dort dans la rue, alors que chez nous qui en avons « accueilli » 10 ou 20 000, nous avons eu des campements illicites partout en France.

Enfin, il faut que chacune et chacun d’entre nous ait bien en tête, que les décisions unilatérales prises à Paris par des élus très loin de nos préoccupations et ignorant tout de la vie locale, génèrent une baisse importante des ressources des communes qui aura pour conséquence une baisse de qualité de service, une baisse de la qualité de vie, une détérioration du vivre ensemble sur la commune.

Les partisans de cette orthodoxie budgétaire, n’ont aucun sens de la solidarité et de la manière dont on tisse du lien social, essentiel de nos jours dans nos communes. De plus, leur orthodoxie primaire ne présente aucun choix alternatif, et ils se gardent bien de préciser que la rigueur induit fatalement un retour en arrière énorme qui détruit la décentralisation. Cette décentralisation qui a permis au fil des années que les décisions soient prises aux échelons les plus proches des Français (communes, intercommunalités, département). Ces décisions prises localement, au bon échelon, permettent de faire les bons choix, ceux de la proximité.

Pour conclure et pour ne pas laisser dire que les taxes fiscales s’envolent à Escalquens : avec mon équipe nous n’avons touché aux taxes que 2 fois en 15 ans. Je le répète et le redirai autant de fois qu’il le faut : seulement 2 fois.

Soyez assurés de notre dévouement : nous faisons et ferons au mieux, quel que soit le contexte.

Alain Sérieys
Maire d’Escalquens

One thought on “À propos du reportage de TF1

  1. Merci Mr le maire pour cette remise à plas financière.
    On nous montre sans cesse les exemples allemands, anglais ou autres sans souligner chaque fois que ces pays ne peuvent êtres comparés avec le système social français.
    Je suis profondément européen mais je revendique le droit, pour le peuple français, de choisir son mode de vie, si il est au-dessus des autres pays, qu’ils se battent pour avoir le même.
    La concurrence « libre et non faussée » ne doit pas être la loi du plus fort.
    Merci à vous et votre équipe municipale pour notre vie associative et notre cadre de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *